Les actualités
Comment déguster un vin ?

La dégustation du vin est une chose accessible à tout le monde mais qui doit se réaliser dans de bonnes conditions. Il n'est pas nécessaire de connaître tout le vocabulaire complexe que peuvent utiliser les professionnels mais uniquement de décomposer cette dégustation de vin en 3 examens essentiels : visuel, olfactif et gustatif.

Il conviendra au préalable de mettre ses sens en éveil. Par exemple se placer dans une pièce bien lumineuse, éviter d’avoir un bon rhume et prévoir la dégustation de préférence avant un repas. Il est conseillé de ne pas avaler le vin dégusté (autant que possible) afin de ne pas être perturbé pas les effets de l’alcool.

L’examen visuel

Il permettra d’examiner les trois critères qui sont la limpidité, la brillance et la couleur (ou robe).
La limpidité du vin indiquera si le vin est « propre » ou présente une plus ou moins grande quantité de particules. On pourra le qualifier entre limpide et trouble.

La brillance du vin permet de visualiser si le vin est plus ou moins acide. Plus un vin aura un aspect brillant, plus il sera acide. Il aura alors un caractère plus vif en bouche. A l’inverse un vin d’aspect terne ou mat sera moins acide et aura un caractère plus souple en bouche (rond).

La couleur du vin (robe) donnera elle une indication sur l’âge du vin ainsi que sur ses qualités de vieillissement.
Les vins rouges plus jeunes auront des notes un peu violacées. En vieillissant ils passeront par des teintes rubis puis grenat et enfin brun. 

Les vins blancs eux, en vieillissant passeront de teintes citron, à doré, puis ambré pour finir eux aussi plus bruns.


L’examen olfactif

Cet examen se décompose en deux étapes : le premier nez et le second nez.

Le premier nez se fait en plaçant son nez clairement dans le verre et en inspirant.
A cette étape, si vous êtes en mesure de percevoir des arômes, on dira que le vin est ouvert. Sinon, on dira que le vin est fermé.

Pour le second nez, faites tourner le vin dans le verre afin d’accélérer son oxygénation.
Cette astuce permettra de libérer les arômes.

On pourra alors percevoir des arômes :
•    Fruité : framboise, cassis, abricot, pêche, cerise, mûre, citron, …
•    Floral : violette, tilleul, rose, acacia, …
•    Végétal : foin, menthe, fenouil, thym, tabac, poivron, …
•    Épicé : cannelle, muscade, poivre, clou de girofle, …
•    Boisé : écorce, pin, cèdre, résine, …
•    Autres : cuir, noix, pain grillé, gibier, goudron, café, caramel…


L’examen gustatif :

Pour cet examen, il est très important de faire tourner le vin en bouche. En effet, les différentes zones de la bouche ou de la langue permettent de déceler des sensations différentes :

  • Le bout de la langue percevra les caractères sucrés
  • Les côtés de la langue l’acidité
  • Le milieu de la langue le caractère salé 
  • Et le fond de la langue l’amertume
  • Les gencives, elles, seront plus sensibles aux tanins

Lorsque le vin est en bouche, il est essentiel de respirer légèrement. Les sinus et le palais étant directement en contact, ceci aura pour effet de libérer les arômes.

Un vin de qualité aura une capacité à évoluer en bouche et après l’avoir avalé ou recraché.

Chaque cépage réagira de manière différente lors de cette dégustation. Des vins réalisés en assemblage de plusieurs cépages permettront donc de complexifier les sensations ressenties.

Ces articles
Peuvent vous
intéresser